Qui sommes nous ?

Contraste est un média participatif d'initiative citoyenne tenu par des étudiants. Notre objectif est de promouvoir un espace public où chacun peut s'exprimer ainsi que se former un esprit critique.

 

C'est pourquoi Contraste propose, dans sa section "le débat", deux tribunes opposées sur des sujets clivants.

Nous suivre:

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Contraste reposant sur une participation bénévole de ses rédacteurs, nous cherchons activement des étudiants, voire des lycéens, désireux de participer à cette initiative citoyenne. 

Naïma Charaï (Génération.s) #DébatUE19

09/03/2019

Dans le cadre du débat organisé avec l’association Eurofeel le 12 mars prochain, Naïma Charaï a accepté de venir défendre le programme de Génération.s.

 

Diplômée de psychologie, elle s’est engagée dans le monde associatif pour y défendre les publics en difficulté. Elle a notamment présidé l’association Place Publique et été administratrice de La Case-Médecins. Elle accompagne aujourd’hui des personnes en situation de prostitution. Naïma Charaï a été présidente de l’association des Oubliés de la République qui a permis de généraliser pour l’ensemble des anciens combattants des anciennes colonies la revalorisation des pensions de retraite. Elle a également présidé l’AcSé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), pour oeuvrer en faveur de la cohésion sociale pour les habitants des quartiers populaires. Naïma Charaï est Conseillère régionale en Nouvelle Aquitaine déléguée à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations.

 

 

Benoît Hamon disait au micro de Léa Salamé sur France Inter “ça n’a pas de sens de faire une liste des partis de gauche, ce qui compte c’est de faire une liste des combats de la gauche”.

 

Dans le manifeste de Génération.s publié sur son site (LIEN) , le parti entend “offrir enfin une alternative résolument écologique, sociale et démocratique à tou.te.s celles et ceux qui perçoivent l’extrême danger du nationalisme et savent depuis longtemps qu’il n’est aucun progrès possible dans la fuite en avant néolibérale.” Ainsi, Benoît Hamon clamait être “la seule liste de gauche”, traçant une autre voie, un modèle nouveau.

 

Le 10 mars 2018, l’Appel de Naples retentit dans l’Europe à l’initiative de Génération.s et de Yánis Varoufákis (DiEM25) , appelant à la création de la première liste paneuropéenne transnationale: le Printemps Européen.

 

Leur programme, appelé New Deal, se fonde sur 10 piliers (présentés succinctement ici, pour plus d'information voir le programme New Deal):

 

- 1) Se battre pour une Europe démocratique, où les citoyens jouissent de droits fondamentaux et contrôlent le futur de leurs communautés. Pour la liste du Printemps Européen, il est nécessaire d’établir une nouvelle Constitution Démocratique avec pour principaux changements un renforcement des pouvoirs du Parlement Européen (droit d’initiative, droit de révocation) mais aussi une révocation du droit de rejet des Initiatives Citoyennes Européennes dont dispose actuellement la Commission. La mise en place d’un organe indépendant (Commission de Copenhague) pour garantir “la dignité, la liberté, la démocratie, l'égalité, le respect de l'état de droit, l'indépendance judiciaire et le respect des Droits Humains” est aussi évoquée.

 

- 2) Lutter pour le pouvoir des travailleurs par la mise en place d’un Fond citoyen détenu collectivement par les citoyens européens. Ce fond distribuera donc un Dividende Citoyen Universel qui permettra “à chaque citoyen de bénéficier du fruit de l'activité économique”. Lutter également par une nouvelle législation promouvant un salaire minimum ou par une Commission Transnationale des Travailleurs agissant en tant que “syndicat de dernier recours”.

 

- 3) Garantir un niveau de vie décent. “Pour 118 millions de personnes vivant dans l'Union Européenne, le risque de pauvreté et d'exclusion sociale est une réalité. [...] La solidarité est un droit fondamental pour toutes et tous que l'Union Européenne se doit d'honorer et de garantir.” C’est par une réforme du marché unique, par le développement du Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD), par l’entérinement d’un “Droit à l’eau et à l’assainissement” entre autres, que le Printemps Européen souhaite

 

- 4) Changer notre mode de développement et opérer une transition à tous les niveaux de la société:  énergie, consommation, alimentation, agriculture, logement, et croissance économique. Le Printemps Européen propose, par exemple, un Programme d’Investissement Vert de 500 milliards d’euros annuels, financé par “des obligations vertes émises par les banques publiques d'investissement des institutions européennes”. Un Pacte Climat 2030 sera aussi mis en place avec des mesures ambitieuses.

 

- 5) Démocratiser les finances de l'UE, empêcher une nouvelle crise financière, et faire renaître l'espoir dans le projet européen. “Le Printemps Européen considère que les institutions économiques de l'UE doivent servir les intérêts du plus grand nombre, plutôt que ceux d'une minorité privilégiée. La structure de la Zone Euro a créé des inégalités graves entre pays, régions et classes.”

 

- 6) Transformer le système financier. Le Printemps Européen propose une Banque du Peuple Européen (BPE) qui répondra aux besoins de chaque quartier dans chaque municipalité de l'UE. La BPE utilisera ensuite une plate-forme publique de paiement numérique (PPPN) pour effectuer des dépôts et accorder des prêts sur la base de ces crédits d'impôt. La liste de Benoît Hamon prône aussi la fin des Paradis Fiscaux ainsi qu’une “Assiette Commune Consolidée pour l'Impôt sur les Sociétés”

 

- 7) Créer un système pan-européen qui garantisse des voies d'accès légales et sûres pour les migrants, qui respecte les droits fondamentaux, qui assure la transition l'accueil dans la société européenne, et qui lutte radicalement contre les causes des migrations involontaires dans leurs pays d'origine. Notamment par la création d’un Système Commun Européen d’Asile (SCEA) qui doit protéger le droit au “non-refoulement”, qui interdit aux États de renvoyer les nouveaux arrivants vers des endroits où ils pourraient subir des violations des Droits Humains. Pour cette liste, “la solidarité avec les nouveaux arrivants n'est pas un crime”.

 

- 8) Lutter pour mettre fin à l’implication de l’Europe tant dans les conflits armés que dans l’exploitation économique. Cela implique par exemple de lutter contre les pratiques de “dumping” envers les pays en développement afin que le juste échange remplace le “libre échange”. De plus, le Printemps Européen s’oppose au  Mécanisme de Règlement des Différends entre Investisseurs et États (RDIE) et au Système des Tribunaux d'Investissement, qui confèrent aux investisseurs internationaux des pouvoirs juridiques indûs pour poursuivre les autorités locales. Il rejette aussi toute tentative de création d’une Cour multilatérale de l’Investissement. La liste propose un “Pacte de Paix et de Solidarité” rejetant la militarisation de l'UE et mettant fin au rôle de l'Europe dans les conflits mondiaux.

 

- 9) Lutter pour le Droits des Femmes et des personnes LGBTQIA+. Lutter pour l’Egalité des Genres. Dans toute l'Europe, il existe un écart important entre les hommes cis et les autres genres en termes de revenus et de pouvoir politique. En moyenne, les femmes sont payées 16 % de moins que les hommes, soit deux mois complets de travail non rémunéré par an.

 

- 10) Affirmer notre souveraineté technologique. En effet, pour cette liste, “nos données devraient nous appartenir, nos conversations privées devraient le rester, et nos innovations financées publiquement devraient appartenir au public. Le Printemps Européen remettra les rênes du pouvoir technologique au service des citoyens.” Il propose aussi la création d’un Réseau de Données Européen Autonome (RDEA) pour lutter contre les serveurs centralisés et privées, propices à une surveillance gouvernementale. Pour les candidats, il faut démocratiser la Recherche et l'Innovation i.e. le programme Horizon Europe qui investit des milliards d’Euros chaque année. Par exemple, “en rendant obligatoires des droits de propriété collectifs sur les produits issus d'investissements publics”.

 

- 11) Protéger les Arts et la Culture. Le Printemps Européen s'oppose à la privatisation des institutions culturelles en Europe et souhaite mettre fin à l'exploitation des artistes. Il appelle aussi à la restitution des oeuvres pillés dans les colonies et à l’instauration de la gratuité de toutes les institutions culturelles européennes pour les moins de 25 ans et les plus de 60 ans. Le Printemps Européen créera une chaîne publique multimédia européenne indépendante qui traduira et diffusera des contenus issus des États-membres pour le public européen en vue de développer une culture commune.

 

- 12) Investir dans la jeunesse européenne en renforçant l'Éducation Publique. Le Printemps Européen entend aussi dépasser la la conception d'un Erasmus concentré sur les compétences "employables", afin soutenir un mouvement paneuropéen de la jeunesse. La liste propose aussi la création d’un Corps Enseignant Européen qui “ incitera les jeunes diplômés universitaires à enseigner dans des établissements de premier et second cycles dans les différents pays d'Europe.”

 

Rendez-vous le 12 mars prochain au Théâtre Barrière de Bordeaux, 20H-billetterie

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Nos derniers articles: