Qui sommes nous ?

Contraste est un média participatif d'initiative citoyenne tenu par des étudiants. Notre objectif est de promouvoir un espace public où chacun peut s'exprimer ainsi que se former un esprit critique.

 

C'est pourquoi Contraste propose, dans sa section "le débat", deux tribunes opposées sur des sujets clivants.

Nous suivre:

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Contraste reposant sur une participation bénévole de ses rédacteurs, nous cherchons activement des étudiants, voire des lycéens, désireux de participer à cette initiative citoyenne. 

Jean-Paul Garraud (RN) #DébatUE19

09/03/2019

Dans le cadre du débat organisé avec l’association Eurofeel le 12 mars prochain, Jean-Paul Garraud sera le représentant de la liste du rassemblement national.

 

Magistrat, ancien directeur de l'école nationale de la magistrature, élu député de Gironde de 2002 à 2012. Il exprime alors son souhait de rompre la barrière sanitaire avec l'ex FN dès le second tour des législatives de 2012, il affiche son vote pour Marine Le Pen au second tout de l'élection présidentielle de 2017 et dans la continuité logique de son engagement politique, figure maintenant à la neuvième place de la liste conduite par Jordan Bardella pour les européennes de 2019 sans pour autant adhérer au RN.

 

 

Position du Rassemblement national sur l'Union Européenne :

 

L'objectif est à terme de former une Europe des nations, c'est à dire une Europe où chaque nation et état serait pleinement souverain quant à ses décisions, l'union ne serait en somme qu'un facilitateur de l'échange entre ces derniers. La liste RN est donc profondément souverainiste, anti-fédéraliste.

 

- Longtemps la position du RN a été celle d'une sortie de l'UE, de refus de l'euro. Cela ne semble plus aujourd'hui être une priorité. Jordan Bardella s'exprimait récemment «  la sortie de l’euro n’est plus une priorité »  en arguant notamment que la sortie de l'euro serait trop brusque et ferait peur au français. Il ajoutait à cela que l'idée d'une Europe des nations n'est plus fantaisiste  dans la mesure où leurs alliés prennent le pouvoir progressivement en Europe (Autriche, Hongrie, Italie etc).

 

- Quitter l'espace Schengen est un des points forts du rassemblement national pour le scrutin avenir ; face à l'incapacité de l'UE à établir une politique migratoire commune ou du moins une politique migratoire commune acceptable, le rétablissement des frontières semble la seule solution.

 

- Le rassemblement national veut aujourd'hui que le droit national prime en toutes circonstances sur le droit européen. En effet aujourd'hui les lois européennes sont dans la hiérarchie des normes juste en dessous du bloc de constitutionnalité et donc au dessus de la loi française. Pour se faire, Marine Le Pen souhaite inscrire la primauté du droit français dans la constitution.

 

- Il y a cependant une conscience de l'appartenance en tant que civilisation de la France à l’Europe.  En cela, la suppression de la double nationalité souhaitée par le RN ne serait valable que pour les extra-européens.

 

- La renégociation des traités européens est une priorité pour la liste conduite par Jordan Bardella. Vu en restant dans l'UE comme le seul moyen de recouvrir la souveraineté nationale (renégociation de Schengen, Maastricht etc).

 

- Depuis juin 2015, le groupe du rassemblement national fait partie du groupe Europe des nations et des libertés au parlement européen(4,9% des actuels députés européens). Ce groupe est notamment composé du rassemblement national, de la Ligue du Nord ( parti de Mattéo Salvini), du parti de la liberté d'Autriche et de l'UKIP britannique. Le groupe évoluera donc sûrement du fait du Brexit mais aussi du fait de l'exclusion potentielle du parti de Viktor Orban du PPE.

 

- La priorité nationale en toutes circonstances que ce soit dans l'attribution des allocations, dans l'obtention d'un emploi.

 

- Dénonciation d'une Europe technocratique et en aucun cas démocratique dont le parlement a un poids trop faible. Gouvernance technocratique qui n'arrive même pas à tenir ses engagements notamment concernant les délais de versement des aides de la PAC. Le RN plaide en faveur d'une renationalisation la politique agricole.

 

- Refus des traités de libre-échange que sont le CETA, le TAFTA qui affaibliraient les services publics, la protection sociale, environnementale et la vie privée. Les accords de libre-échange créeraient une concurrence déloyale et emmèneraient les agriculteurs français vers toujours plus de précarité.

 

Rendez-vous le 12 mars prochain au Théâtre Barrière de Bordeaux, 20H -billetterie

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Nos derniers articles: