Qui sommes nous ?

Contraste est un média participatif d'initiative citoyenne tenu par des étudiants. Notre objectif est de promouvoir un espace public où chacun peut s'exprimer ainsi que se former un esprit critique.

 

C'est pourquoi Contraste propose, dans sa section "le débat", deux tribunes opposées sur des sujets clivants.

Nous suivre:

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Contraste reposant sur une participation bénévole de ses rédacteurs, nous cherchons activement des étudiants, voire des lycéens, désireux de participer à cette initiative citoyenne. 

Franck Proust (LR) #DébatUE19

09/03/2019

Dans le cadre du débat organisé avec l’association Eurofeel le 12 mars prochain, Franck Proust a accepté de venir défendre le programme du parti Les Républicains.

 

Ancien conseiller général du Gard et premier adjoint au maire de Nîmes, il est depuis le 2  juin 2011 Député Européen et depuis 2016 président de la délégation française du groupe du Parti Populaire Européen, le principal groupe politique du Parlement Européen, faisant par conséquent de l’Europe sa priorité. Il est désigné numéro 11 sur la liste européennes des Républicains ce dont il s’est déclaré satisfait même s’il reconnaît que « la constitution de la liste a été très compliquée au regard du système de représentation nationale imposé par Emmanuel Macron ».

 

L’Europe des Républicains - Un programme en sept points:

 

En tant que député sortant, Franck Proust place les questions autour de l’Union Européenne au centre de son attention et s’inscrit dans la ligne politique proposée par son parti: « après l'élection du 26 mai prochain, il faudra surtout marquer l'influence française. Le Rassemblement National a gagné la dernière fois mais pour quel résultat ? Aucun amendement, aucun engagement tenu. Nous faisons le choix du sérieux et de l'efficacité notamment avec une personnalité comme Frédéric Pechenard, ex-directeur général de la police nationale qui pourra apporter son expérience notamment dans le contrôle des flux migratoires »

 

Voici les sept points exhaustifs du programme (pour plus de détails le site internet du parti politique propose une rubrique dédiée à la question européenne):

 

1) Un renouveau de l’engagement européen:

Les Républicains choisissent de proposer une Union Européenne recentrée sur les interêts de ses citoyens et placée à leur service. Fermement opposés aux propositions faites par le Président de la République Emmanuel Macron, et à la destruction de l’Union Européenne mise en avant par Marine Lepen, les Républicains sont convaincus que la France a besoin de l’Europe pour pouvoir répondre aux défis qui sont les siens, mais celle-ci doit se construire dans le respect de la volonté des peuples.

 

2) Des frontières plus sûres:

Face à la crise migratoire, les Républicains souhaitent apporter une réponse claire: il faut stopper l’immigration de masse et empêcher le terrorisme islamiste.. Ainsi, pour les Républicains il est important de s’engager à ramener systématiquement sur les côtes africaines les bateaux de migrants interceptés et reconduire aux frontières l’ensemble des clandestins.

 

3) Des frontières stables:

Ce point semble indissociable de la vision de l’Union Européenne proposée par les Républicains. Ils montrent du doigt le sentiments grandissant de vivre uniquement dans une construction technocratique. Il s’agit de faire face au fédéralisme, à la bureaucratie et à une Europe qui perd ses frontières en s’élargissant toujours plus. C’est pour cela que tous les candidats sur la liste de Républicains, suite à la demande de Monsieur Wauquiez, s’engagent à voter contre tout élargissemet proposé de l’Union Européenne ou de l’espace Schengen. Loin de la renforcer, les élargissements l’ont à l’inverse fragilisée puisque il est impossible de négocier correctement et prendre de réelles décisions lorsque trop de pays sont impactés, cependant, il faut aujourd’hui empêcher de nouveaux blocages.

 

4) Préférence européenne et réciprocité:

Il s’agit pour les Républicains de s’engager en la faveur de la préférence communautaire pour les entreprises, les emplois et les agriculteurs. La tribune de l’Union Européenne ne se prononce pas  sur la politique agricole alors que c’est l’un de des principaux budgets européens. Les Républicains choisissent donc de se battre contre une baisse de ce budget. Face à l’agriculture spéculative en Amérique Latine et les problèmes de viandes avariées en Europe, les Républicains veulent défendre l’agriculture française souvent composée de petites entreprises familiales. Ainsi, les Républicains mettent en avant le principe de réciprocité qui devrait selon eux être l’élément fondateur de notre politique commerciale.

 

5) Le refus de la concurrence déloyale:

Les Républicains se positionnent en faveur de la libre entreprise, par conséquent ils refusent la concurrence déloyale qui s’est progressivement installée en Europe et s’opposent fermement au détournement du travail détaché.

 

6) Moins de normes pour plus de projets: 

Les Républicains sont fermement convaincus que les Français ne sont pas contre l’Europe mais ne croient simplement plus à ce qu’elle est devenue. Aujourd’hui il semble alors nécessaire de réduire les normes, et de renouer avec les décisions prises au niveau étatique. Les Républicains choisissent de défendre de nouvelles coopérations dans les domaines de la Défense, de la recherche médicale, des grandes infrastructures de transport ou encore d’Internet. Deux grands chantiers pour l’Europe ont d’ailleurs été proposé au sein du parti des Républicains pour répondre à ces attentes: d’une part il s’agirait de couvrir la totalité du continent en téléphonie mobile 4G et mettre en place un accès internet au débit, d’autre part il s’agirait de faire de la recherche sur les maladies comme Alzheimer une des grandes causes européennes des prochaines années. Enfin, les Républicains veulent aussi renouer avec les étudiants et le programme Erasmus en facilitant les échanges entre les jeunes européens.

 

7) Une civilisation européenne:

Avant d’être une construction institutionnelle, l’Europe est d’abord une civilisation commune et les Républicains proposent de redonner de l’importance à son histoire pour pouvoir transmettre sa culture, ses racines et ses valeurs. Les Républicains proposent donc d’inscrire dans la constitution européenne les racines chrétiennes qui sont pour eux celles de l’Europe.

 

 

Crédités de 8% d’intentions de vote il y a quelques mois, le parti se hisse désormais à 14% et espère encore les dépasser: « Les Français ne veulent pas être enfermés à nouveau dans un duel Marine Le Pen contre Emmanuel Macron. S'ils votent pour LREM, ça veut dire qu'ils font un chèque en blanc à Emmanuel Macron. Le lendemain de l'élection, il nous expliquera que les Français lui font une confiance aveugle et qu'il peut poursuivre sa politique. Il faut pouvoir lui dire que ça suffit tout en disant « oui » à l'Europe. Notre liste est la seule à pouvoir le faire. Et c'est nous qui, demain, formerons le noyau dur de ceux qui refonderont l'Europe. Pas lui. » (L. Wauquiez pour Ouest-France)

 

Rendez-vous le 12 mars prochain au Théâtre Barrière de Bordeaux, 20H-billetterie

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Nos derniers articles: