Qui sommes nous ?

Contraste est un média participatif d'initiative citoyenne tenu par des étudiants. Notre objectif est de promouvoir un espace public où chacun peut s'exprimer ainsi que se former un esprit critique.

 

C'est pourquoi Contraste propose, dans sa section "le débat", deux tribunes opposées sur des sujets clivants.

Nous suivre:

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Contraste reposant sur une participation bénévole de ses rédacteurs, nous cherchons activement des étudiants, voire des lycéens, désireux de participer à cette initiative citoyenne. 

Le pouvoir de Google

06/11/2018

Faire vivre l’homme des centaines d’années, construire un ascenseur spatial, remplacer l’armée humaine, ... les multiples projets extraordinaires de l’entreprise Google interrogent sur les pouvoirs de celle-ci. Créée en 1998 dans la Silicon Valley par Larry Page et Sergueï Brin, elle n’est au début qu’un simple moteur de recherche web. Cependant son succès est très rapide, même fulgurant. Profitant du développement des technologies internet et de la banalisation des ordinateurs et des portables, Google devient vite une interface incontournable pour la navigation web. Ce succès lui permet d’étendre ses domaines de compétence, d’investir dans la recherche, et de devenir une des entreprises les plus influentes de la planète. Elle passe en 2014 sous le contrôle de la société Alphabet, qui devient sa maison-mère. En janvier 2018, la capitalisation boursière de Google était de 763,268 milliards de dollars, et elle employait plus de 50 000 personnes. Aujourd’hui, les projets sur lesquels elle travaille sont sensationnels, certains les considèrent comme irréalisables.

 

Ce “Big Brother” du 21ème siècle, que ne renierait pas Georges Orwell lui-même, soulève de multiples interrogations : quelle est réellement la portée de son pouvoir ? Que sait-il de nous ? Quels sont les projets futuristes sur lesquels il travaille ? Enfin, quelles sont réellement ses ambitions futures, et les Etats ont-ils encore les moyens de s’y opposer ?

Récit d’une success story à la fois admirable et effrayante.

 

 Siège social de Google en Californie 

 

Google sait tout sur vous

 

Google connait de tout de vous, et il s’en sert. Vous en doutez ? Sachez qu’il vous localise précisément à chaque seconde de votre vie, qu’il connaît tous vos centres d’intérêts, vos goûts, vos opinions politiques et vos mots de passe, qu’il a régulièrement vos coordonnées bancaires et que - si vous avez un compte Gmail- a accès à tous vos mails. Pour autant, ces collectes d’informations ne seraient pas gênantes si elles n’avaient pas d’utilité. Cependant, le plus souvent, elles servent les intérêts de grands groupes commerciaux qui payent chers pour obtenir ces renseignements. Résultat: vos recherches et les publicités qui s’affichent sur vos écrans sont construites en fonction d’algorithmes précis pour vous inciter à faire des achats.

 

Et encore, ce n’est pas fini. En effet, grâce à l’historique (qui permet de consulter les recherches effectuées dans le passé), Google peut lire en vous comme dans un livre ouvert. Il conserve tout l’historique des recherches effectuées sur le moteur de navigation, quand bien même vous supprimez ces données de votre ordinateur. Les sites web consultés peuvent donc indiquer vos opinions politiques ou vos fantasmes les plus secrets. Les vidéos YouTube regardées sont elles aussi enregistrées dans les bases de données de la firme californienne.

 

Le pire dans tout ça, ce sont les supposées collusions entre le gouvernement étasunien et Google. Ainsi, en 2013, un ancien membre de la CIA nommé Edward Snowden a révélé l’existence d’un programme secret défense intitulé PRISM. Celui-ci, adopté par le congrès américain avec le « Patriot Act » au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, permet au gouvernement d’avoir un accès permanent aux données des grandes entreprises américaines du numérique, dont Google. Toutes les informations potentielles que possède l’entreprise sur vous, citées plus haut, sont donc à la portée de la première puissance mondiale. Faut-il s’en inquiéter ? Sûrement, car si officiellement la CIA prétend agir au nom de la sécurité des citoyens, rien ne l’empêche de se servir de ces informations à d’autres fins. 

 

 Manifestation citoyenne en soutient à Snowden, menacé après ses révélations

 

Google X Lab, ou l’incroyable puissance de Google

 

Aujourd’hui, Google est bien plus qu’un simple moteur de recherche, et ne se contente pas de faire de la collecte de données. C’est un empire qui touche à tout : publicité, navigation mobile, modélisation 3D, robotique, et même tourisme spatial ! La firme ne se désintéresse pas non plus de la recherche et du développement, et, avec Google X Lab, travaille sur des projets quasi-surréalistes.

Qu’est-ce que Google X Lab ? Et bien on n’en sait pas grand-chose en fait... Créée en 2010 et dirigée par Larry Page (cofondateur de Google), c’est une filiale de la maison Alphabet. C’est une entreprise top secrète, et le groupe communique peu à ce sujet. Officiellement, elle vise à créer des innovations majeures et de “rupture” pour l’avenir. Les laboratoires se trouvent en partie sur le campus de Mountain View, en Californie, les autres dans des endroits tenus secrets.

 

 Logo de l'entreprise Google X Lab

 

Selon le New York Times, cette filiale travaille sur une liste de 100 projets. Pourtant, seulement une minorité d’entre eux ont été révélé par Google. Certains sont dans l’ère du temps et constitueront sûrement des avancées technologiques positives pour l’humanité. C’est le cas de la voiture autonome (sur laquelle travaille aussi Apple) ou les lunettes de réalité virtuelle, qui sont souvent évoquées dans les milieux entrepreneuriaux ou scientifiques. Pour autant, d’autres sont des projets remarquables qui s’attaquent même à des déterminismes biologiques. Le groupe travaille ainsi beaucoup sur l’intelligence artificielle et la neuroscience : en 2012, Google X Lab rend public son premier cerveau électronique (doté de 16 000 processeurs). Celui-ci est capable de prouesses, il peut notamment apprendre par lui-même et ne se limite pas à sa base de données initiale. Cet aboutissement technologique alimente la rumeur selon laquelle les laboratoires travailleraient sur le développement d’un robot hors-normes, doté d’un corps physique proche de l’être humain et donc d’une intelligence adaptative et évolutive (cependant rien de sûr ici concernant le robot, Google n’ayant jamais communiqué à ce propos).

 

Google plus fort que la mort ?

 

Enfin, Google X Lab travaille sur des projets de nature transhumaniste (l’amélioration des performances humaines par la technologie). Il s’agit surtout ici du développement d’implants neuronaux dont les possibles applications au corps humain sont multiples. Des implants au niveau du cerveau permettraient par exemple de connecter celui-ci directement à Google, et nous permettraient donc d’avoir accès à une source d’information quasi-illimitée, de façon systématique. Cela permettrait aussi de limiter le vieillissement humain en injectant ces implants directement dans les organes malades.

 

Finalement, c’est peut-être ici l’objectif ultime de Google : supprimer la vieillesse et tuer la mort (c'est en tout cas celui de Larry Page, co-fondateur de l'entreprise, qui ne s'en cache pas). Le mouvement transhumaniste a en effet pour vocation finale de fusionner l’homme et la machine pour tendre vers l’immortalité. Et, depuis maintenant quelques années, force est de constater que le groupe multiplie les acquisitions d’entreprises spécialisées dans la biotechnologie, la robotique et le séquençage d’ADN. Dans cette même logique, Google a créé Calico (pour California Life Company) en 2013, avec pour but officiel de lutter contre le vieillissement et la maladie.

 

 

 Logo de l'entreprise Calico, filiale de Alphabet 

 

Cette filiale dispose de moyens importants, notamment 1,5 milliards de dollars apportés par Alphabet. Pourtant, depuis sa création il y a des années, les avancées de Calico demeurent toujours mystérieuses.

 

L'ensemble des filiales sous le contrôle d'Alphabet, maison-mère de Google

 

 

Le pouvoir dont dispose Google est donc très important. S’il possède une base de données très large sur chacun de ses utilisateurs, ce sont surtout les projets sur lesquels travaillent l’entreprise qui inquiètent. Le groupe y met les moyens : des chercheurs et enseignants très reconnus ont été recrutés pour Google X Lab ou Calico, en plus des milliards dépensés pour ses filiales. Néanmoins, les ambitions de la firme Google semblent parfois chimériques. Augmenter la longévité humaine et supprimer la mort est par exemple un vieux rêve de l’humanité. Des sacrifices aux Dieux de l’Antiquité jusqu’aux nanotechnologies du 21ème siècle, en passant par les potions à base de plantes à l’époque médiéval, tous ont échoué à tuer la mort. Google pourra-t-il le faire ?

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Nos derniers articles: