Qui sommes nous ?

Contraste est un média participatif d'initiative citoyenne tenu par des étudiants. Notre objectif est de promouvoir un espace public où chacun peut s'exprimer ainsi que se former un esprit critique.

 

C'est pourquoi Contraste propose, dans sa section "le débat", deux tribunes opposées sur des sujets clivants.

Nous suivre:

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Contraste reposant sur une participation bénévole de ses rédacteurs, nous cherchons activement des étudiants, voire des lycéens, désireux de participer à cette initiative citoyenne. 

Quel avenir pour le centre ?

12/03/2017

Le centre est-il en train de devenir une nouvelle grande force politique en France ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron, des sondages plus que favorables, le sentiment de renouveau qu’il dégage…

Macron est-il en train de faire du centre une grande force politique française ?

 

En tout cas, l’alignement des planètes n’a jamais paru si favorable. Depuis l’affaire Fillon notamment, les partis traditionnels suscitent une grande défiance. Ce qui pousse nombre d’électeurs modérés à se tourner vers Macron. Le centre a les cartes en mains pour accéder à la fonction suprême. Mais cette dynamique est-elle provisoire ou bien bien installée dans le paysage politique ?

 

Le favori de la course à l’Elysée

 

Une circonstance de facteurs politiques ont fait de l’ancien locataire de Bercy le favori de la présidentielle. L’affaire Fillon notamment fait de Macron le candidat le mieux placé pour faire obstacle à Marine le Pen. Plus la campagne avance, plus l’électorat de Fillon semble stagner. La participation de Macron au second tour dépend donc de sa capacité à rassembler les indécis derrière lui. Le dernier sondage Elabe pour l’Express et BFMTV  du 7 mars donne le Pen en tête à 26 % suivit de Macron à 25,5 %, Fillon étant distancé à 19 %. Yves-Marie Cann, directeur des études politiques chez Elabe interprète donc : “On voit combien les accusations dont il (Fillon) fait l’objet et sa défense contre-productive ont contribué à l'exode d'une partie de l'électorat de la droite et du centre, au profit notamment d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen”. L’ancien banquier en posture favorable donc. Le centre semble pour la première fois dans l'histoire de la 5ème République capable d’accéder à l’Elysée.

 

Le centre porté par la candidature de Macron

 

Emmanuel Macron a le vent en poupe. Incontestablement, il est la révélation de cette élection présidentielle. Sa jeunesse, son charme sont de ses atouts incontestables. Il séduit de part sa position “ni droite ni gauche”, attirant un nombre d’électeurs modérés important. La création de son mouvement En Marche! a redonné un souffle au centre. Mais ce phénomène traduit cependant un véritable paradoxe : Le centre est une vieille force politique quand Macron est nouveau dans l’arène. Comment expliquer qu’il ne parvienne qu’aujourd’hui à apparaître comme une sensibilité crédible ? En fait, en y réfléchissant, il semble que le centre ne puisse exister qu’à travers la personne d’Emmanuel Macron. Le renouveau que suscite ce dernier est sûrement à la base de son succès. Et donc de celui du centre dans son ensemble.

 

Un phénomène provisoire ?

 

On peut expliquer le succès de l’ancien locataire de Bercy : les primaires. En effet les primaires de la droite et du centre et celle de la gauche ont couronné des personnalités politiques tenant d’une ligne “dure” de leur parti. Hamon pour la gauche (et son fameux revenu universel) et Fillon pour la droite (contre l’avortement à titre personnel). Laissant donc entre ces deux candidats un espace politique énorme. Le centre-droit et le centre-gauche ont du mal à se retrouver dans la ligne du champion de leur camp. Ainsi, Macron parvient à attirer vers lui toutes ces sensibilités. Son succès vient donc de sa capacité à satisfaire une part de la gauche et une part de la droite. En plus de l’électorat centriste traditionnel. Cependant la donne électoral change, et il n’est pas garanti que des personnalités plus modérés apparaissent dans le paysage politique français. Venant concurrencer Macron.

 

L’ancien ministre de l’économie bénéfice d’un concours de circonstances qui font de lui le favori pour le poste de Président de la république. Ses nombreux atouts jouent en sa faveur. Le centre semble donc s’être trouvé un véritable leader. Toutefois, sa force vient de l'espace béant qu’il existe entre Hamon et Fillon. Et il n’en sera pas toujours ainsi. La politique étant un sport d’endurance, l’électorat de Macron n’est probablement que purement factuel.

De plus, si Emmanuel Macron parvient à l’Elysée, il subsiste un autre problème majeur. Comment pourra-t-il se constituer une majorité parlementaire solide, lui qui ne dispose d’aucun appareil politique derrière lui ?

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Nos derniers articles: